Qu’est-ce que la résine epoxy ?

Si vous êtes bricoleur amateur ou artisan confirmé, vous avez sans doute déjà entendu parler de la résine epoxy. Ses usages sont multiples, de la colle à la peinture. Une variété qui s’applique aussi à ses domaines d’application, qui s’étendent de l’artisanat au secteur artistique, en passant par l’industrie aérospatiale. Vous l’aurez compris, cette résine est un incontournable dans le secteur de la création. Effectuons un rapide tour d’horizon de son histoire, ses caractéristiques et ses utilisations. A l’issue de ce guide, vous saurez tout sur la résine epoxy.

Sa composition chimique

Commençons par le commencement : quelle est la composition chimique de la résine epoxy ? Il s’agit d’une résine synthétique composée de deux éléments : de la résine liquide et un “durcisseur”. L’objectif de cette association est de faire naître une réaction chimique, qui durera plusieurs heures. A l’issue de cette réaction, le matériau passe de l’état liquide à l’état solide et on obtient ce que l’on nomme un “polyépoxyde”. Le rapport des proportions entre la résine et l’élément durcisseur est bien souvent de 1 pour 1, afin de garantir un durcissement optimal du matériau.

La résine epoxy : une histoire récente

L’histoire de la résine epoxy commence dans les années 1930, en Allemagne. Le premier procédé est breveté par un Allemand du nom de Paul Schlack. A la suite de quoi de nombreux scientifiques vont s’engouffrer dans ce domaine prometteur et jouer un rôle dans son développement. Parmi ces chefs de file, le chimiste suisse Pierre Castan s’est vite distingué comme un véritable pionner aux côtés de Schlack. En effet, Castan cherchait au départ à synthétiser des résines afin de fabriquer des prothèses dentaires efficaces. Au fur et à mesure, les usages de la résine epoxy se sont diversifiés sous l’effet de ses recherches. Notamment en associant la résine à un durcisseur, de l’anhydride d’acide phtalique. Le chercheur suisse travaillait avec Ciba. Ltd, une société chimique. C’est alors le début d’une percée fulgurante de la résine epoxy dans la sphère industrielle. Les découvertes s’enchaînent, en particulier celles de Sylvain Greenlee. Ce docteur américain fait réagir de l’épychlorhydrine et du bisphénol A, mettant au point la formule de résine epoxy la plus vendue à ce jour : le BADGE, ou Bisphénol A DiGlycidyle Ether (éther de bisphénol A et de diglycidyle). A l’image de Castan, Greenlee travaillait pour une entreprise, la Devoe&Raynolds Company, qui participera en brevetant cette technique à consolider définitivement la place de la résine epoxy dans les industries. D’autres acteurs de la création se pencheront aussi sur cette résine, artistes et artisans surtout, d’où la polyvalence de la résine epoxy aujourd’hui.

La résine epoxy : pour quoi faire ?

Tout cet historique vous amène probablement à vous poser cette question : pourquoi utiliser la résine epoxy ? En réalité, ce produit présente d’innombrables avantages, d’où son succès dans des domaines si variés. D’abord, la résine epoxy présente une résistance très importante à l’abrasion, aux mouvements (torsion, tension) et aux chocs. Si le support est bien préparé en amont, elle fera aussi parfaitement face au rayons UV et ne subira aucune altération de couleur. Mais le succès fulgurant de la résine epoxy s’explique avant tout par sa compatibilité à la quasi totalité des matériaux : bois, verre, métal, porcelaine, etc… Enfin, le produit tient sans problème l’acidité et l’électricité à distance, tout en offrant une imperméabilité tout à fait satisfaisante. D’où son utilisation dans l’art, l’artisanat (menuiserie, métallurgie) et dans un très grand nombre d’industries (aérospatiale, chimique, alimentation, électronique, etc…).

Un danger ?

Les caractères alimentaire et toxique de la résine epoxy font encore débat. Concernant le premier, la question réside surtout dans l’exposition à certains composés de la résine, à savoir le bisphénol A (BPA) et le bisphénol F (BPF). Les études actuelles indiquent que de faibles niveaux de BPA ne sont pas dangereux pour la santé. Néanmoins, certaines résines epoxy dégagent aussi, après leur durcissement, des composés organiques volatils ou COV. Pour ce qui est de ces composés, ils sont évidemment à éviter si vous souhaitez utiliser la résine en contact avec des aliments. En effet, une exposition sur le long terme aux COV pourrait conduire à des problèmes de santé. Finalement, le caractère alimentaire de la résine dépend tout simplement du type de résine que vous utilisez. Vous l’aurez compris, pour un contact avec des aliments (sur des plateaux de tables ou un bar par exemple), optez pour un produit contenant très peu ou pas de BPA et très peu ou pas de COV. Ainsi vous êtes garanti de ne prendre aucun risque et de ne profiter que des avantages de la résine epoxy.

Qu’en est-il maintenant de la toxicité globale de la résine ? Vous allez voir que la réponse ici est assez similaire à la précédente, puisqu’un usage sûr passe par des précautions d’emploi et par le choix de la bonne résine.

En premier lieu, sachez que la résine epoxy existe sous 3 formes : durcie, non durcie et sous forme de poussière. sous sa forme durcie ou sèche, le produit ne présente aucun danger. Il s’agit du stade final, lors duquel vous pouvez sans inquiétude marcher dessus ou y placer des objets.

Si vous maniez la résine sous ses deux autres formes, il est impératif de vous équiper convenablement et d’agir en conséquence. Le principal risque de la manipulation sous forme liquide est le contact avec la peau, qui peut entraîner des dermatites irritantes ou des réactions allergiques. Porter des gants et agir avec précaution devrait cependant suffire à éviter tout contact. Si vous devez vous tenir éloigné de la résine époxy liquide, il en est de même avec le durcisseur. Les dermatites irritantes disparaissent en général rapidement une fois le contact avec les composants interrompu. Les réactions allergiques sont une toute autre affaire. En effet, leur gravité dépendra de votre fréquence et de votre degré d’exposition, de votre fragilité initiale, d’autres allergies, etc… Finalement, considérez que vous avez une sorte de “capital d’exposition” similaire au “capital soleil”. Vous n’avez aucun moyen d’estimer à partir de quel seuil vous pourriez être atteint d’allergies handicapantes, alors le meilleur comportement à adopter est encore une fois de limiter tout contact avec les composants.

Du côté de la résine sous forme de poussière, vous risquez essentiellement une irritation des voies respiratoires. Ici pas de secret, il vous faut porter un masque respiratoire afin d’assurer votre sécurité. Bien sûr, au moindre doute ou symptôme alarmant, tournez-vous vers un médecin et cessez immédiatement la manipulation de résine epoxy. Quoi qu’il en soit, vous l’aurez compris : la résine epoxy peut convenir à un usage alimentaire si vous la choisissez avec soin, et elle n’aura pas d’effet toxique si vous prenez les précautions indispensables à sa manipulation en toute sécurité.

Résine et chaleur

Parmi les différents avantages de la résine epoxy, nous n’avons pas encore traité sa résistance à la chaleur. La plupart du temps, cette résine offre une résistance tout à fait correcte à la chaleur, entre 40°C et 75°C. Mais encore une fois, tout dépend du type de résine que vous utiliserez. Renseignez-vous convenablement sur le produit que vous souhaitez utiliser pour éviter toute mauvaise surprise.

Les types de résine epoxy

Nous n’avons cessé de le répéter ci-dessus, il existe une multitude de résines différentes, en termes de composition ou même d’usage. On a tendance à distinguer 2 grands types de résines : la résine epoxy fine, et la résine epoxy visqueuse. La première est plutôt destinée au coulage de moules ou au remplissement de fissures. Prévoyez en conséquence un durcissement plus lent, entre 12 et 24 heures. La résine visqueuse elle, est toute indiquée au revêtement de surfaces. Si vous l’utilisez, vous devrez en priorité être attentif aux indications du fabricant sur l’épaisseur maximale de la couche d’une étape de travail.

 

Nous vous recommandons ces autres pages